PARTAGEZ CETTE PAGE
Thèmes de l'actualité
Protégez-vous

Société

Association Amazone

actus-image-Association Amazone

Rencontre avec Ariane Dierickx, Directrice adjointe de l'association belge.

L’association Amazone existe depuis mai 1995, quels en sont les objectifs ? Le but de l’association - qui fonctionne grâce aux subsides octroyés par le gouvernement fédéral belge - est d’apporter un soutien aux associations qui militent pour l’égalité entre femmes et hommes. L’association a été créée sur l’initiative de Miet SMET, ministre de l’Emploi, qui était alors en charge de la politique d’égalité des chances. Lors de notre création en 1995, notre premier souci fut de fournir aux associations une infrastructure logistique. Beaucoup d’associations étaient à cette époque peu visibles et mal loties en terme de logement. La seconde préoccupation était d’améliorer leur accès à l’information de base pour leur permettre, à terme, d’augmenter l’impact de leur action. Enfin, le fait de rassembler au sein d’un même bâtiment les principales associations belges reconnues comme expertes pour un domaine d’action déterminé - la défense du principe d’égalité entre les femmes et les hommes - leur a permis d’augmenter entre elles les échanges d’idées. Rapidement, cette coexistence a fait naître des partenariats et, désormais, les associations ont davantage qu’auparavant le réflexe d’aller à la rencontre de l’autre pour rassembler leurs efforts. Aujourd’hui, nous abritons 25 associations féministes "habitantes", parmi lesquelles le Conseil des Femmes francophone de Belgique (CFFB) et son pendant néerlandophone, le Nederlandstalige Vrouwenraad. Ces deux organisations suivent tous les débats parlementaires et procèdent à une véritable analyse de fond de l’ensemble des dossiers politiques. Leur souci permanent: détecter chaque faille qui ferait basculer le principe d’égalité entre les femmes et les hommes et faire des recommandations sur les grands dossiers de fond, comme la fiscalité, la prostitution ou encore la question de la parité. Très récemment, ces deux conseils ont suivi de très près les actions du gouvernement belge dans sa présidence de l’Union européenne. A côté des ces deux grandes organisations fédératrices, Amazone abrite aussi des associations qui ont une mission d’éducation permanente. Pour un prix très avantageux, qui comprend un ensemble de services parmi lesquels l’accès à Internet, une adresse électronique propre, etc..., toutes ces associations louent des locaux chez Amazone: certaines sont des "habitantes" permanentes, d’autres possèdent simplement une boîte à lettres. Nous essayons aussi d’investir un maximum dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’ensemble des projets et des actions que nous menons sont présentés sur notre site web, à travers des banques de données qui facilitent la recherche pour les utilisateurs. Les "habitantes" disposent d’une page spéciale sur ce site pour présenter leurs activités propres. Une des raisons principales d’existence d’Amazone est d’offrir aux associations tout ce qui leur permet d’optimiser leur travail et leurs actions, qu’il s’agisse d’actions de lobbying, de travaux d’étude ou d’organisation d’événements. Par ailleurs, notre infrastructure de réunion nous permet d’accueillir des organisations extérieures pour la mise sur pied de leurs colloques, journées d’études et événements en tout genre. En terme de mainstreaming, cette approche est intéressante car cela nous permet de sensibiliser à la thématique de l’égalité des organismes qui, à la base, ont d’autres types de priorités. C’est par exemple le cas de certaines cellules de parti, qui ont choisi Amazone pour organiser leurs réunions de groupe. Chaque année nous définissons aussi une session de formation au management pour femmes dirigeantes d’organisations non marchandes. Non qu’il existe à proprement parler un management spécifiquement féminin ou masculin, mais il semble bien qu’il y ait des différences de comportements. Outre les outils et les méthodes de management que cette formation apporte aux participantes, il s’agit de faciliter une certaine prise de conscience par rapport à une réalité qui est parfois occultée, même par les femmes. Le Projet DIGMA, banque de données d'instruments pour promouvoir le mainstreaming du genre vient d’aboutir, pouvez-vous-nous en dire davantage ? Pour relever le défi de l'intégration complète du genre dans la conception et la mise en oeuvre de toutes les stratégies politiques et pour tous les programmes d'action, il est impératif d'impliquer chacun et chacune, et plus particulièrement chaque décideur, dans le processus de mainstreaming du genre, depuis la planification d'une stratégie jusqu'à son évaluation en fonction de l'impact sur le genre. Pour ce faire, des instruments spécifiques doivent être largement diffusés et expliqués auprès de ce public. Une norme prétendument neutre - et acceptée comme telle par la plupart de nos dirigeants - régit tout le fonctionnement de notre société. Cette norme, c’est celle de l’homme blanc, 40 ans, marié, père de famille, actif et bien portant. Un exemple: les transports en commun ont été pensés pour servir les intérêts des individus appartenant à cette norme, rendant très complexe leur utilisation aux personnes âgées, handicapées ou à celles voyageant avec des voitures pour enfants. A lui seul, cet exemple illustre le fait que pour réussir une politique ou une action, il faut avoir envisagé consciemment leurs effets sur l’ensemble de la population: les femmes ET les hommes, qui peuvent aussi être différents différents du point de vue de l’ethnicité, de l’âge, de l’origine sociale, du niveau d’étude, de l’orientation sexuelle, etc. Pour tous les domaines d’action, cet exercice peut être réalisé. L'objectif général de DIGMA est de favoriser la mise en oeuvre du mainstreaming du genre en mettant à la disposition des acteurs (potentiels) de l'égalité entre les femmes et les hommes un inventaire d'instruments méthodologiques européens disponibles en la matière. Plus spécifiquement, il s'agit de valoriser des matériels existants en favorisant leur application et de faciliter aux niveaux national et transnational les échanges entre acteurs de l'égalité grâce à une information standardisée. Quel regard portez-vous sur l’allongement de la durée du congé de paternité ? C’est la loi du 10 août 2001 relative à la conciliation entre l’emploi et la qualité de la vie qui introduit une augmentation de la durée du congé de paternité, qui passe de 3 à 10 jours. Dès juillet 2002, les pères belges pourront bénéficier de cette mesure à laquelle je suis bien évidemment favorable. Mais force est de constater que globalement, en Suède, la formule destinée à davantage impliquer les pères dans la sphère familiale n’a pas eu les effets escomptés: la prise du congé par le père reste facultative et n’est pas entièrement remboursée, ce qui ne semble pas inciter les pères à en profiter. Les dix jours accordés aux pères belges en regard de la situation suédoise semblent peu mais ils ont le mérite d’être entièrement rémunérés (grâce à une formule d’allocation payée dans le cadre de l’assurance soins de santé et indemnités). Et cependant, 10 jours, ça reste vraiment très court pour apprendre à s’investir dans son rôle de père. Plus généralement, il apparaît que pour faire participer les hommes aux tâches familiales, nous devons raisonner en terme de parentalité et non plus de maternité et de paternité. De ce point de vue, un certain féminisme a longtemps commis l’erreur de ne s’adresser qu’aux femmes. Pour en savoir plus Le site internet de l’Amazone http://www.amazone.be Amazone Rue du Méridien 10 1210 Bruxelles tél. ++32 (02) 229.38.00 fax. ++32 (02) 229.38.01

Cet article est associé aux thèmes : Société, Pratique, ...
Cet article est associé aux thèmes : Grossesse, Retraite, Bien être, ...
icone-actualites
Nos précédentes actualités : Protégez-vous
Retraite, ...
Bien vivre sa ménopause

Pas de panique, ce n'est pas parce que votre système hormonal évolue que vous devenez une autre femme.

> lire la suite

La cystite, un mal très féminin

Une femme sur deux souffre de cette infection urinaire au moins une fois dans sa vie. Une bonne hygiène et une consultation médicale précoce peuvent éviter des soucis

> lire la suite

Consommation, les délais de réflexion

Arnaque, vendeur trop convaincant, contrat signé trop vite, regrets ... Vraiment vous n'auriez pas dû ! Pas de panique ! La loi vous protège et vous permet de vous rétracter.

> lire la suite

icone-actualites
Retrouvez toutes nos actualités
 
icone-devis-express
Devis Express
GRATUIT, sans engagement
Mlle Mme M.



j'accepte de recevoir des offres de La Compagnie des Femmes
#
Dernier devis
Le 15.11.2018Cajolia 1
109.22 euros
Emilie, 83140
#