Thèmes de l'actualité
Protégez-vous

Société

L’Amicale du Nid : prévention, accompagnement et accueil des prostitués

actus-image-L’Amicale du Nid : prévention, accompagnement et accueil des prostitués

La législation récente punit le racolage d’une peine d’emprisonnement de deux mois et d’une amende de 3750 euros. Quelques mois après le vote de la loi Christian Météreau, Directeur de l’Amicale du Nid de Paris répond à nos questions.

L’Amicale du nid existe depuis 1946, quels en sont les objectifs ? L’association a été créée à la suite du vote de la loi Marthe Richard (13 avril 1946) qui interdisait les maisons de tolérance. La loi prévoyait également la création d’établissements pour « accueillir sur leur demande, en vue de leur rééducation et de leur reclassement, les personnes se livrant précédemment à la prostitution. » C’est dans ce contexte que l’association a vu le jour. L’Amicale du nid a d’abord une mission de prévention auprès des prostitués. Nous leur délivrons des informations d’ordre médical et juridique. Deux bus sillonnent les rues de la capitale à cet effet. Le cas échéant nous les accompagnons dans leurs démarches administratives. C’est particulièrement le cas pour celles qui souhaitent régulariser leur situation. Il nous arrive également d’accompagner des personnes jusqu’au Tribunal. Nous les aidons à monter un premier dossier et à trouver un avocat pour plaider. Nous gérons par ailleurs des structures d’accueil, d’hébergement d’urgence et d’insertion. Nous avons aujourd’hui la possibilité d’héberger jusqu’à 62 personnes chaque nuit. Se réinsérer c’est d’abord renouer des liens avec les enfants, la famille et des personnes hors du champs de la prostitution (associations, loisirs, formation…). Nous faisons un travail important de ce point de vue. Vos équipes sont en contact quotidien avec des prostitué(e)s. Comment le devient-on ? Il n’y a pas de parcours type. Cela peut-être au départ une façon de répondre à un besoin de se sentir aimé, d’évaluer sa valeur ou une expérience de vie qui se prolonge plus qu’on ne l’imaginait. Pour certaines c’est un choix qui n’a pas été suffisamment mûri, une décision prise dans l’urgence de la faim ou du manque de drogue. Contrairement à l’idée répandue, beaucoup n’ont pas été contraint(e)s et forcé(e)s. Beaucoup de jeunes se prostituent occasionnellement pour l’argent. Aujourd’hui pour exister il faut consommer, quelle que soit la source du revenu. La loi récente condamne le racolage. Quel est votre point de vue ? Notre rôle n’est pas d’émettre un avis sur la législation en vigueur. Ce que nous constatons sur le terrain c’est que la peine maximum pour racolage – 3750 euros –n’a pas encore été appliquée. Par ailleurs, nous observons, depuis le vote de cette loi, une évolution de l’état d’esprit de certain(e)s prostitué(e)s. Les prostituées dites « traditionnelles » se rapprochent de nous alors qu’elles semblaient ne pas en avoir besoin… Certaines cherchent un autre métier, d’autres à éviter les contrôles en changeant de lieu par exemple. Ce qui est sûr c’est que nous avons une nouvelle anxiété à gérer. Il faut souligner que malgré ce que l’on peut lire ici ou là, la quantité de prostituées issue du trafic humain, en regard de la population prostitutionnelle totale, est faible. Certes il y a eu un afflux de femmes « importées » d’Afrique et des pays de l’est. Mais leur nombre s’est stabilisé. S’il est important de lutter contre ce phénomène d’une violence extrême, il ne faut pas réduire la prostitution a cette dimension. L’Amicale du Nid est en large partie subventionnée par l’Etat En effet, jusqu’à présent le soutien public venait de l’Etat. Mais la décentralisation semble remettre en cause ce modèle. Les crédits alloués sont d’ailleurs pour l’instant gelés. Nous n’avons pas reçu un euro depuis le début de l’année et allons peut-être devoir faire des coupes dans le budget. Heureusement, la Mairie de Paris nous soutient et la Région a accepté de financer l’un des bus qui sillonnent les rues de la capitale. Pour en savoir plus http://www.amicaledunid.org

Cet article est associé aux thèmes : Société, ...
Cet article est associé aux thèmes : Retraite, Bien être, Vos Droits, ...
icone-actualites
Nos précédentes actualités : Protégez-vous
Retraite, ...
Bien vivre sa ménopause

Pas de panique, ce n'est pas parce que votre système hormonal évolue que vous devenez une autre femme.

> lire la suite

La cystite, un mal très féminin

Une femme sur deux souffre de cette infection urinaire au moins une fois dans sa vie. Une bonne hygiène et une consultation médicale précoce peuvent éviter des soucis

> lire la suite

Consommation, les délais de réflexion

Arnaque, vendeur trop convaincant, contrat signé trop vite, regrets ... Vraiment vous n'auriez pas dû ! Pas de panique ! La loi vous protège et vous permet de vous rétracter.

> lire la suite

icone-actualites
Retrouvez toutes nos actualités
 
icone-actualites
Nos précédents articles de presse : Protégez-vous
Mutuelle santé
MUTUELLE AU FEMININ (ASSISTANTE PLUS)

Depuis 1996, La Compagnie des Femmes propose des produits et services adaptés aux besoins spécifiques des femmes.

> lire la suite

Mutuelle santé
PENSEZ AUX MUTUELLES POUR FEMMES (ELLE)

Côté santé, nous dépensons 20% de plus que les hommes. La Compagnie des Femmes propose une assurance complémentaire "ciblée". Décryptage.

> lire la suite

Mutuelle santé
PREMIER GRAND PRIX TRIBULIS (L'ARGUS DE l'ASSURANCE)

LA PREMIERE EDITION DU GRAND PRIX TRIBULIS A PRIME 7 PRODUITS ET ACTION MARKETING EXEMPLAIRES EN ASSURANCE DE PERSONNES.

> lire la suite

 
icone-actualites
Retrouvez toutes nos actualités
 
icone-devis-express
Devis Express
GRATUIT, sans engagement
Mlle Mme M.



j'accepte de recevoir des offres de La Compagnie des Femmes
#
Dernier devis
Le 22.11.2020Concordia
182.349 euros
sophie, 75017
#