Thèmes de l'actualité
Protégez-vous

Bien être

L'implant contraceptif

actus-image-L'implant contraceptif

Depuis le début du mois de mai 2001, un nouveau contraceptif est disponible en France. Rencontre avec le Dr Martine Hatchuel.

Appelé implant contraceptif, il se présente sous forme d’un bâtonnet souple de 4 centimètres de longueur et 2 millimètres de diamètre qui, une fois inséré à la face interne du bras, offre une contraception immédiate et continue pendant 3 ans. Le Docteur Martine Hatchuel dirige le centre de planning familial de l’hôpital des Bluets (Paris XI). Nous avons voulu savoir ce qu’elle pensait de l’implant contraceptif. Avez-vous bénéficié d’une formation de la part du laboratoire fabricant ? Oui. J’ai assisté à la formation pour la pose et le retrait de l’implant. Ces deux opérations représentent chacune une « mini intervention chirurgicale ». Pour un médecin chirurgien, comme un obstétricien, cela ne devrait pas poser de problème. Mais un gynécologue installé en ville, n’est pas familier de ce genre d’acte. Il n’a pas équipé son cabinet de bistouris, de matériel de suture, d’anesthésiques locaux et de produits nécessaires pour faire face à un éventuel choc allergique. Et cela représente un obstacle certain. Sans compter que l’intervention n’a pas encore de cotation, et qu’en tant que praticien, cela pose un problème... Quels sont, selon vous, les principaux avantages et inconvénients de ce nouveau mode contraceptif ? La presse grand public a présenté l’implant comme une révolution en matière de contraception. En réalité, le principe n’est pas nouveau. De la progestérone diffusée régulièrement : c’était déjà le cas du stérilet à la progestérone lancé en 1998. Objectivement, je pense que comme toutes les autres méthodes, il y a des plus et des moins. Le principal avantage est qu’une fois posé, on n’a théoriquement plus à y penser. Plus de problème d’oubli de pilule ! Et l’efficacité est de 100 %. En revanche, parmi les inconvénients, il faut citer les effets secondaires, et en particulier la prise de poids et des irrégularités menstruelles (pertes imprévisibles, trop abondantes, ou inexistantes) très gênantes pour les femmes. Selon une revue médicale, des saignements prolongés ont conduit 21 % des femmes à demander le retrait de l’implant. Depuis qu’il est sur le marché, proposez-vous l’implant comme moyen de contraception, au même titre que la pilule ou le stérilet ? Non, en tout cas, pas d’emblée. Je le considère plutôt comme une contraception de deuxième intention, pour les jeunes femmes nullipares ou celles pour qui la pilule oestroprogestative ou le stérilet est contre-indiqué. Comment ce nouveau mode de contraception est-il accueilli par les femmes ? Vous posent-elles des questions ? Oui, les femmes veulent en savoir plus. L’implant contraceptif véhicule l’image du produit miracle. J’avoue que je n’ai pas bien compris l’engouement autour de ce produit. Il serait d’ailleurs intéressant d’essayer d’analyser le phénomène. Pour moi, c’est comme si elles ne voulaient plus gérer leur contraception au quotidien, mais s’en remettre à un médecin. Et puis, je pense qu’il persiste une fausse idée qui associe la progestérone à un produit naturel. Enfin, sa localisation, sous la peau de l’avant-bras, évoque pour certaines femmes, un produit plus « anodin », de l’ordre du cosmétique, comparé à un stérilet qui est souvent vécu comme un dispositif plus invasif au siège même de la fertilité. En conclusion ? La contraception idéale n’existe pas. En fait, la meilleure contraception est celle que la femme a choisie. Plus il y aura d’alternatives de contraception, et plus les femmes y gagneront en liberté. Liberté de choisir ce qui leur convient le mieux. Propos recueillis par Mickaëlle Bensoussan

Cet article est associé aux thèmes : Bien être, Pratique, ...
Cet article est associé aux thèmes : Retraite, Bien être, Vos Droits, ...
icone-actualites
Nos précédentes actualités : Protégez-vous
Retraite, ...
Bien vivre sa ménopause

Pas de panique, ce n'est pas parce que votre système hormonal évolue que vous devenez une autre femme.

> lire la suite

La cystite, un mal très féminin

Une femme sur deux souffre de cette infection urinaire au moins une fois dans sa vie. Une bonne hygiène et une consultation médicale précoce peuvent éviter des soucis

> lire la suite

Consommation, les délais de réflexion

Arnaque, vendeur trop convaincant, contrat signé trop vite, regrets ... Vraiment vous n'auriez pas dû ! Pas de panique ! La loi vous protège et vous permet de vous rétracter.

> lire la suite

icone-actualites
Retrouvez toutes nos actualités
 
icone-actualites
Nos précédents articles de presse : Protégez-vous
Mutuelle santé
MUTUELLE AU FEMININ (ASSISTANTE PLUS)

Depuis 1996, La Compagnie des Femmes propose des produits et services adaptés aux besoins spécifiques des femmes.

> lire la suite

Mutuelle santé
PENSEZ AUX MUTUELLES POUR FEMMES (ELLE)

Côté santé, nous dépensons 20% de plus que les hommes. La Compagnie des Femmes propose une assurance complémentaire "ciblée". Décryptage.

> lire la suite

Mutuelle santé
PREMIER GRAND PRIX TRIBULIS (L'ARGUS DE l'ASSURANCE)

LA PREMIERE EDITION DU GRAND PRIX TRIBULIS A PRIME 7 PRODUITS ET ACTION MARKETING EXEMPLAIRES EN ASSURANCE DE PERSONNES.

> lire la suite

 
icone-actualites
Retrouvez toutes nos actualités
 
icone-devis-express
Devis Express
GRATUIT, sans engagement
Mlle Mme M.



j'accepte de recevoir des offres de La Compagnie des Femmes
#
Dernier devis
Le 25.05.2020Concordia
68.571 euros
Mathilde, 44300
#